Jacques Durand, concepteur automobile Français a fait ses débuts après la guerre en fabriquant des moteurs à essence miniatures pour modèles réduits. Il a ensuite dessiné plusieurs modèles de voitures pour des marques automobiles de l’époque avant de reprendre sa liberté et de se mettre à son compte pour créer la fameuse automobile JIDE.

A la fin des années soixante-dix, trois voitures se distinguent sur la scène automobile:  La berlinette Renault Alpine, championne du monde des Rallye en 1973, la plus onéreuse Lamborghini Miura, première auto de série au moteur central, et la puissante Ford GT40 qui venait de remporter les 24 Heures du Mans en 1968 et 1969. Jacques Durand cherche alors à créer le nouveau coupé sportif en réalisant la synthèse de ces trois modèles phares; La JIDE nait et son concepteur lui donnera ses initiales.

Très rapidement, la JIDE dotée d’un moteur central se distingue pour ses capacités de conduite, une excellente tenue de route et sa compétivité en terme de performance. En effet, grace à une carrosserie en polyester, l’automobile est très légère, entre 600 et 700 kg et se conduit comme un petit Kart.

N’ayant pas le budgets des marques automobiles de l’époque, Jacques Durand prête ses voitures à quelques pilotes en l’échange d’un peu de publicité. Ainsi, en Septembre 1969, une JIDE prend le départ du célèbre Tour de France avec à son bord Pierre Madelaine et Patrick Champin, pilote du championnat de France de Formule 3.  Malheureusement suite à un problème technique, ils n’ont pas pu terminer ce tour auto, mais ce fût tout de même une belle visibilité pour la marque, la presse parle désormais de JIDE, et très vite le petit coupé sportif attire l’attention d’autres pilotes comme Jannick Auxemery, Jean Ragnotti et Michel Robini.

Quelques mois plus tard, au Salon de Paris, du 21 février au 2 mars 1970, l’auto s’illustre également au près du public qui se montre très optimiste. Jacques Durand rentre alors chez lui avec une cahier de commande plein et l’espoir de faire monter sa petite marque artisanale au niveau industriel.

Avant qu’il puisse honorer ses commandes, la Jidé va devoir subir tous les tests d’homologation qu’elle réussit avec succès:  choc frontal, l’impact sur la colonne de direction, la tenue de route, le freinage et même la résistance des ancrages des ceintures de sécurité. Le Jidé se révèle être une voiture très sûre malgré son petit gabarit, 3m52 de longueur et 1 m de hauteur. 

Le rythme de fabrication de cette petite entreprise est bien loin des grands volumes de l’industrie automobile de l’époque. C’est dans son modeste atelier Avenue Maison Dieu à Chatillon-sur-Thouet qu’il crée chaque modèle, il fallait alors compter 300heures avec une équipe de 10 personnes pour terminer une voiture, la production est donc d’une voiture par semaine. 

Les véhicules de tourisme seront montés ou vendus en kit en version 1600 et 1300 cc, « Quelques soient vos moyens et vos ambitions, une JIDE existe pour vous » comme aimait le dire Jacques Durand. En 1972, Pour compléter la gamme il crée également une version compétition de la Jidé 1600.

Il était sur le point d’étendre ses opérations pour passer à une production industrielle lorsqu’il a été touché de plein fouet par la crise pétrolière de 1973, du jour au lendemain conduire était devenu un luxe. Les opérations de Durand auraient pu survivre à la crise si le gouvernement français n’avait pas commencé à instaurer des limites de vitesse sur les routes publiques, un mouvement qui a provoqué un tollé général en France et qui a évidemment rendu les voitures sportives comme les Jidé beaucoup moins attrayantes. Le dernier marché actif de Jidé était les voitures de course, mais qui s’arrêta lui aussi lorsque le gouvernement français a temporairement interdit la course automobile fin 1973, la déclarant être un gaspillage d’essence inutile.

Le moral à zéro, pressé par des difficultés financières, Jacques Durand, qui était en passe de quitter le stade artisanal pour devenir un constructeur à part entière, vendit la marque Jidé.

En tout, il en résulte 130 exemplaires vendus. 

FIn des années 90’s la marque est rachetée par Pierre-Alain Dupuy Urisari et finalement vendue en 2004 au propriétaire actuel,  Claudio Roddaro.

%d blogueurs aiment cette page :